Skip links

Cancers féminins : attention au défrisage des cheveux crépus 

267 vues

Alors que des femmes africaines se livrent au défrisage de leurs cheveux, de nombreuses études alertent sur la dangerosité de la pratique. Des chercheurs  américains révèlent que les produits défrisants sont à l’origine de plusieurs types de cancers féminins.   

Entre cancers, infections sexuelles et dépigmentation, de nombreux facteurs mettent de plus en plus à mal la santé de la reproduction des femmes sur le continent africain. Déjà en 2018, Gbobocan estimait à 2613, le nombre de nouveaux cas de cancers gynécologiques et mammaires au Bénin. Le cancer du col est  le plus meurtrier dans le pays. 

Typologie des cancers féminins

Le cancer est une multiplication anarchique de cellules anormales dans leur développement qui s’agglutinent ensuite pour former une masse ou une tumeur. La dangerosité de cette pathologie tient à la capacité de ces cellules anormales qui naissent dans un organe à migrer vers un autre et le détruire à son tour, on parle de métastase. 

Tous les organes du corps humain peuvent être sujets au cancer. Mais chez les femmes, les cancers gynécologiques et mammaires sont les plus évoqués. Les plus fréquents dans cette catégorie sont les cancers du sein, de l’utérus, du col de l’utérus, des ovaires.

Origine des cancers

En général, les origines des cancers, qu’ils soient féminins ou masculins sont mal élucidées. Le cancer du col de l’utérus reste le seul cancer dont on connaît le responsable qui est le Human Papilloma Virus. Cependant, à la recherche des causes de ces anomalies cellulaires, les scientifiques ont identifié des facteurs de risques. Ce sont des éléments qui, sans être des causes directes, augmentent la probabilté pour certains individus de souffrir de ces maladies. Ces facteurs de risque sont par exemple, le tabac, l’obésité, la sédentarité et la consommation ou l’exposition prolongée à des produits à fort pouvoir cancérigène.

Produits défrisants et cancers 

Une étude américaine a mis à l’index les produits utilisés par les femmes pour lisser les cheveux crépus dans la survenue du cancer de l’utérus. Ces produits font courir un risque plus accru aux femmes. Celles qui utilisent les produits défrisants, plus de quatre (4) fois dans l’année, doublent quasiment la probabilité de souffrir du cancer de l’utérus. 

En cause, certains composants de ces produits de défrisage connus pour leur pouvoir cancérigène. Le bisphénol A,  le formaldéhyde communément appelé formol et les métaux lourds sont quelques-uns de ces éléments potentiellement cancérogènes identifiés dans la composition des défrisants. Par ailleurs, sans s’intéresser aux marques de défrisants, les chercheurs ont découvert dans leur contenu, des perturbateurs endocriniens. Ces derniers ont la capacité de provoquer un déséquilibre de la production des hormones notamment de l’oestrogène dont dépend le développement de certains cancers.

D’ailleurs, les conclusions des travaux précédents avaient mis en lien les produits défrisants et les cancers du sein ainsi que des ovaires. Le lissage avec ces produits n’est cependant pas le seul relevé lors de ces études. D’autres procédés consécutifs au défrisage sont mis en cause. Par exemple, la chaleur (le casque, le fer) favorise la décomposition des produits chimiques contenus dans les défrisants et autres colorants (coloration de cheveux). Les petites lésions qui découlent du défrisage vont quant à elles favoriser l’absorption rapide des particules issues de ces  réactions chimiques. Une fois dans l’organisme, ces particules se comportent soit comme l’œstrogène ou des perturbateurs endocriniens. Toutes choses qui augmentent la probabilité pour les femmes noires de souffrir de ces cancers plus que d’autres femmes.

Plus qu’un standard de beauté, le mouvement “Natural And Happy” (NAPPY) devrait devenir un mode de vie sur le continent noir.