Skip links

Saison pluvieuse :  quelques précautions à prendre si vous souffrez de l’asthme ou de la drépanocytose 

61 vues

Pendant  les saisons pluvieuses, tout le monde redoute au Bénin et en Afrique en général le paludisme. Et c’est vrai que cette maladie parasitaire atteint son pic par ces temps qui courent. Malheureusement, les drépanocytaires et les asthmatiques semblent subir une double peine en période de pluie. La multiplication des microbes et la fraîcheur qui s’installe après les pluies, exacerbent le mal être et les crises chez ces patients. Quelques conseils leur permettent tout de même d’améliorer leur qualité de vie.

L’asthme est une maladie des poumons caractérisée par une inflammation,le rétrécissement et la contraction des voies respiratoires. Toutes choses qui rendent difficile la respiration. Les personnes qui en souffrent font généralement des crises vaso- constrictives dès lors qu’elles se retrouvent dans un environnement hostile ( présence d’un allergène). Elles se plaignent très souvent de troubles respiratoires à type de douleurs de la cage thoracique, de toux, de rhume et autres. En période de pluie, naturellement les maladies respiratoires et broncho pulmonaires prennent du poil de la bête . C’est donc à juste titre qu’il y a une sorte de récurrence dans l’apparition des symptômes habituels de cette affection broncho-pulmonaire. Mais  en plus, le froid et l’alternance du soleil et de la pluie vont provoquer une recrudescence de la crise asthmatique. 

Je suis asthmatique, je me protège quand il pleut

En relation avec cette vulnérabilité en saison pluvieuse, il est conseillé aux patients de dormir rigoureusement sous moustiquaires imprégnée d’insecticide à longue durée d’action mais aussi  de porter un masque chirurgical surtout lorsqu’elles doivent utiliser les taxi motos comme moyens de déplacement. Cette mesure a l’avantage de filtrer l’air respiré et de diminuer le risque de contamination au COVID-19 toujours présent.  Le port de vêtements chauds doit être de rigueur avec une bonne alimentation pour doper le système immunitaire de l’organisme. La consommation d’eau est indispensable pour tout le monde mais encore plus pour les asthmatiques ( au moins 1.5 L d’eau par jour). Se munir chaque fois et toutes les fois de son  traitement d’urgence ( inhalateur et spray vaso-dilatateur) en cas de gêne respiratoire. Si possible, il faut consulter son médecin et rester autant que possible à l’intérieur. 

La météo et ses conséquences chez les malades drépanocytaires

La drépanocytose est une maladie génétique du sang. Il en existe différents types : les porteurs de trait (un gène malade) et les drépanocytaires qui portent les gènes malades sur les deux chromosomes (SS ou SC). Chez ces derniers , la quasi-totalité des globules rouges qui sont les principales cellules du sang n’ont pas la forme habituelle pour passer librement dans les veines et artères, les tuyaux nourriciers des organes du corps humain. Cette déformation (croissant ou faucille) des cellules sanguines provoque des douleurs (crise vaso-occlusive) à cause de la difficulté de circulation en même temps qu’elle réduit leur durée de vie (anémie). La période de pluie caractérisée par le développement des moustiques les exposent  par ailleurs au paludisme dont le parasite attaque en premier les globules rouges déjà malades. Les anémies sévères sont du coup plus fréquentes avec les pluies.  De plus, le froid généré par la saison pluvieuse augmentent la fréquence des crises et les douleurs articulaires.

Faire face aux pluies en tant que drépanocytaire

En temps de pluie, il est recommandé aux  malades drépanocytaires, une consultation médicale au moindre symptôme tout en évitant l’automédication. Puisque le virus du COVID-19 circule toujours, les gestes barrières sont absolument nécessaires pour préserver leur bien-être. Les précautions suivantes sont nécessaires :

  • hydratation régulière (au moins 1 L d’eau par jour). Elle facilite la circulation sanguine et protège des crises vaso-occlusives
  • port de vêtements chauds pour réduire le rhumatisme articulaire
  • port de masque chirurgical, lavage régulier des mains à l’eau et au savon, distanciation physique pour se protéger du coronavirus
  • Sommeil  sous moustiquaire imprégnée  d’insecticide pour réduire le risque d’anémie liée au paludisme, 
  • Salubrité du cadre de vie (détruire les flaques d’eau et organiser correctement la gestion des déchets ménagers).

Les changements climatiques influent de façon générale sur la santé de tous en raison du terrain favorable au développement de différents micro-organismes qu’ils induisent.  Chacun devrait donc en fonction de ses antécédents médicaux préserver son bien-être en adoptant des gestes sains.