Skip links

Ménopause et sexualité : attention aux idées reçues !

141 vues

Arrêt de l’activité ovarienne, bouffée de chaleur, sécheresse vaginale, baisse de la libido etc., les troubles de la ménopause ont été tellement mis en avant que de nombreuses femmes redoutent cette étape naturelle de la vie de toute femme. Pourtant la ménopause ne signe pas l’arrêt des relations sexuelles satisfaisantes. Bien au contraire, la période est synonyme d’épanouissement sexuel pour plusieurs femmes.

Qu’est ce qui change à la ménopause au plan sexuel ?

La ménopause survient lorsque les menstrues (règles) s’arrêtent définitivement. Cet arrêt définitif du cycle ovarien est suivi aussi d’une baisse de l’activité des hormones sexuelles. Œstrogène et progestérone tarissent et induisent des changements au niveau de la souplesse et de l’hydratation du vagin.

La sécheresse vaginale et la baisse de la libido sont d’autres conséquences de la baisse de la production des hormones sexuelles. Il s’agit d’un vieillissement biologique normal qui apparaît entre 45 ans et 55 ans d’âge chez la femme. Mais rien n’est figé, chaque femme vit la ménopause à sa manière.

 Que devient la libido après la ménopause ?

De nombreuses femmes continuent d’avoir des rapports sexuels satisfaisants après la ménopause. Pour elles, l’arrêt des menstrues est synonyme d’absence de grossesse, elles vont donc davantage se libérer sexuellement. Et leur désir sexuel va augmenter.

Par contre, chez d’autres femmes, le tarissement des hormones sexuelles explique les douleurs vulvaires et celles qu’elles peuvent ressentir à la pénétration. Face à ces difficultés, celles-ci vont purement et simplement s’éloigner de l’acte sexuel. Ce qui va contribuer à une baisse drastique de leur désir sexuel et l’envenimation de la situation.

Dans le couple, la vie sexuelle après la ménopause va dépendre aussi bien de la qualité antérieure des rapports sexuels que de celle des relations affectives. Si les relations affectives et sexuelles ont été souvent décousues, il y a de fortes chances que la libido soit complètement en berne à la ménopause.

La ménopause signe-t-elle l’arrêt des relations sexuelles ?

Si au plan biologique, il y a des dérèglements qui peuvent justifier la rareté des rapports sexuels, tout dépend de l’état d’esprit de la femme elle-même. Il est clair que pour être désiré, il faut se sentir soi-même désirable. Il est important pour la femme à cette étape de sa vie, de dissocier la ménopause de sa féminité. L’adage qui dit que l’appétit vient en mangeant est de règle ici. Des études ont montré que les rapports sexuels réguliers après la ménopause sont bénéfiques aussi bien pour la libido que pour la surface vaginale que pour l’élasticité des tissus de la surface vaginale. Et pour cause.  La testostérone et l’œstrogène contenues dans le sperme et régulièrement administrés localement améliorent la libido. De plus, faire l’amour fait se sentir bien ; il est donc inutile de s’en priver.

A retenir

Il est possible avec les progrès de la science de réduire les effets secondaires de la ménopause. Des traitements de substitution hormonale existent. Dès les premières manifestations de la péri ménopause, il est important de consulter votre gynécologue. Les sexologues sont aussi de bons alliés à cette étape de la vie sexuelle qui intervient aussi chez les hommes. Au masculin, on parle d’andropause.