Skip links

Education sexuelle : quand et comment briser le tabou avec l’enfant ?

462 vues

Beaucoup de parents se posent la question. Mais il est difficile de donner un âge précis pour aborder la sexualité avec l’enfant.  Pourquoi ? Les réponses sont multiples. D’abord, la maturité sexuelle varie d’un enfant à un autre. En plus l’avènement des nouvelles technologies de l’information n’est pas pour arranger la problématique. Tout dépend finalement de l’environnement et de la personnalité de l’enfant.

A chaque âge son vocabulaire

Ce qu’on sait, c’est qu’à partir déjà de 3-4 ans plusieurs enfants se posent des questions sur leur constitution et la différence entre les sexes. Par exemple pourquoi les filles ont un sexe différent de celui des garçons ?  Comment suis-je né ? Il y en a même à cet âge qui sont conscients de la gêne que cela pourrait être pour leur parent de répondre à ce genre de question.

Si vous avez en tant que parent l’occasion de répondre à ces interrogations de la part de votre fille ou de votre garçon, n’hésitez surtout pas. Il faut donner des informations vraies avec les mots adaptés. Le danger serait de mentir car plus tard, il ou elle s’en rendra compte. Et bien évidemment, ce n’est pas bien. Dites-lui, par exemple qu’il ou qu’elle a été un enfant désiré : « papa a amené une graine, maman aussi et les deux graines ont fusionné pour donner un œuf qui a grandi dans le ventre de maman ».  Parlez-lui déjà des liens à l’autre et des différences physiques entre le garçon et la fille en choisissant les bons termes.

Que faire face aux scènes érotiques à l’écran ?

D’autres occasions, comme celle où ensemble, vous regardez un film, un dessin animé où il y a des scènes érotiques peuvent se présenter. Au lieu d’éteindre la télé ou de zapper sur une autre chaîne, choisissez de lui parler. Faites-lui comprendre que ce sont les adultes qui sont autorisés à avoir ce genre de relation. Profitez pour lui faire admettre que ce n’est pas tout le monde qui s’embrasse par exemple sur la bouche. On ne devrait pas montrer toutes les parties de son corps (les fesses et les organes génitaux) en public et surtout que les autres n’ont pas le droit d’y toucher ou de la (le) mettre en situation embarrassante de sorte que si jamais cela arrive, l’enfant puisse vous en parler tout naturellement. Il est tout de même important à cette étape de ne pas aller dans les détails.

L’âge des repères

A partir de 6 ou 7 ans, votre enfant a besoin de repères. Plus simplement, il s’agit d’utiliser les mots justes (pénis, vagin) pour l’aider à mieux connaitre son corps. Vous devez vous montrer ouvert à ses questions. Ne soyez surtout pas choqué ou mal à l’aise par rapport à certaines de ses interrogations. Il pourrait utiliser ou répéter des mots et phrases entendus à la télé ou plutôt avoir vraiment envie de découvrir le monde autour de lui. Reprenez ses propres mots et phrases sans toutefois lui donner les détails sur l’acte sexuel ou tel autre sujet concernant la sexualité. Parlez-lui des relations d’amour, de tendresse que peuvent entretenir deux personnes et de choses que certains adultes font sans plus.  Soyez laconique sans mentir et sans éprouvez de gêne. L’important ici est de ne pas faire de ses questionnements, des sujets tabous.

La période de tous les dangers

Les filles atteignent la puberté plus rapidement que les garçons, entre 9 et 13ans. Dans tous les cas, il faudra établir une relation de confiance et la (le) préparer aux changements à venir de son corps.

Les détails sont permis à cette étape et vous devriez insister sur les notions de consentement, de respect et de limite en abordant les questions relatives à l’acte sexuel proprement dit.

A l’écoute du corps de votre enfant, prenez les devants et parlez-lui des règles, des éjaculations nocturnes, de l’hygiène intime jusqu’à l’arrivée de ces signes qui consacrent la période transitoire de l’adolescence.

Si vous avez des difficultés à lui parler sans tabou n’hésitez pas à vous faire accompagner d’une personne de confiance

Le climat de confiance, le dialogue, la communication doivent être à partir de ce moment votre leitmotive. N’oubliez pas de mettre en relief les problématiques liées aux grossesses non désirées, aux maladies sexuellement transmissibles.  Votre garçon pourrait vous parler de la taille de son sexe, de la masturbation. Dites-lui que c’est tout naturel et que le pénis s’allonge tout comme il grandit jusqu’à l’âge de 18 ans. Vous n’aurez pas besoin d’enseigner à votre enfants les différentes positions du Kâmasûtra, il devra à l’adolescence faire ses propres découvertes mais vous devez aborder toutes les questions relatives à la santé reproductive y compris la contraception avec lui.  

Si vous avez des difficultés à lui parler sans tabou n’hésitez pas à vous faire accompagner d’une personne de confiance (un parent), un   professionnel de la santé (assistante sociale, psychologue, un gynécologue, andrologue).