Skip links

Santé : faire l’amour pour bien se porter ?

694 vues

Plus souvent, l’acte sexuel est rattaché au plaisir et à la procréation. Mais selon de nombreux scientifiques, même si les rapports sexuels ne sont pas un besoin fondamental au même titre que l’alimentation par exemple, ils déclenchent un processus chimique bénéfique à l’organisme. Au-delà du plaisir, faire l’amour participe ainsi au bien-être physique, mental et moral.

Dans l’entendement du grand nombre, une femme qui arbore une bonne mine le matin ou qui chante joyeusement au réveil a été bien servie au lit la nuit par son homme. Eh bien, cette croyance largement répandue a en réalité des fondements scientifiques et n’est pas vraie que pour la femme.

Une histoire d’hormones

En général, le sexe a tout bon lorsqu’il est pratiqué dans les règles de l’art parce qu’il génère la fabrication d’une gamme variée d’hormones.
Aux premières loges, l’ocytocine et la mélatonine. Elles sont produites au cours de l’acte sexuel et favorisent l’endormissement. Le sommeil réparateur dont elles sont ainsi responsables est important pour régénérer les cellules nerveuses du cerveau mais également les cellules T qui sont des globules blancs réputés pour la défense de l’organisme. Donc faire l’amour booste l’immunité mais aussi la mémoire.
Quand arrive le moment de l’orgasme chez la femme et de la jouissance chez l’homme, la sérotonine est libérée dans le sang. Cette hormone est associée à la satisfaction, la plénitude et à la bonne mine au réveil. Et les deux partenaires y trouvent leur compte.


Faire l’amour soulage les maux de tête

Également au cours du coït, d’autres substances protéiniques appelées endorphines sont secrétées. Elles diminuent la douleur et améliorent la circulation sanguine. Du coup, elles sont un excellent remède pour les maux de tête et le stress. Au lieu donc de dire à votre conjoint ‘’pas ce soir, j’ai des maux de tête !‘’, vous devriez plutôt y aller à fond pour bénéficier de cet effet calmant qui rejaillit aussi sur la santé du cœur. A noter cependant que les femmes ont plus souvent besoin d’être détendue pour passer à l’acte.
En pratique, ces différents processus vont avoir un effet bénéfique sur le moral, la santé mentale et la santé cardiovasculaire des partenaires. Et ce n’est pas tout. La fréquence des rapports sexuels est toute autant bienfaisante pour l’organisme.

Les bienfaits de la fréquence

Plusieurs études attestent des bienfaits de la fréquence des rapports sexuels. Notamment les rapports sexuels réguliers diminuent le risque de survenue de certains cancers. L’étude la plus répandue concerne le cancer de la prostate.
L’éjaculation fréquente est bénéfique pour la santé de la prostate. Selon les urologues, trois (3) rapports sexuels par semaine réduisent les risques de cancer de la prostate. Attention tout de même à la multiplicité des partenaires sans protection. Les femmes, quant à elles, libèreraient les éléments cancérigènes de leurs glandes mammaires grâce à l’ocytocine secrétée lors de la stimulation du sein selon une étude britannique. Il faut bien sûr retenir que dans le cas de la femme et de l’homme, les effets évoqués sont protecteurs et non curatifs ou préventifs.

Des relations sexuelles régulières participent au maintien du poids idéal

Ils ne remplacent pas l’activité sportive régulière mais les rapports sexuels fréquents font du bien au muscle cardiaque. Le coït augmente le rythme cardiaque et stimule la circulation sanguine en même temps qu’il permet dans la régularité de maintenir une bonne pression artérielle. Également, des relations sexuelles régulières participent au maintien du poids idéal.
Finalement, le sexe a tout bon quand il est fait dans les règles de l’art. Une sexualité épanouie est à bien des égards, bénéfique pour l’organisme mais aussi pour le couple. Notamment, une bonne sexualité est un ciment pour le couple.